Les films de décembre 2013

films decembre 2013

Bamboin vous propose de découvrir en direct nos avis sur les films du moment ainsi que notre classement des films à aller voir en priorité. Le principe est très simple: nous allons voir un film, nous le commentons le soir même sur cette page, et tout ça rien que pour vos beaux yeux.

En cette fin d’année, tout le monde attends bien sûr le nouveau Hobbit, mais aussi son lot d’histoires de Noël qui nous emmènent chaque année dans de nouvelles dimensions.

Voici donc notre baromètre de décembre 2013 des films à ne pas manquer  suivi du tableau intégral de nos critiques.

Au Top

  1. Le Loup de Wall Street (Martin Scorsese) 8,5
  2. Le Hobbit : La Désolation de Smaug (Peter Jackson) 8,5/10
  3. La reine des neiges (Chris Buck, Jennifer Lee) 7,7/10

A la ramasse

  1. 100% Cachemire (Valérie Lemercier) 1/10 Le grand gagnant du mois, il a même le droit à un article rien qu’à lui ici.
  2. 16 ans ou presque (Tristan Séguéla) 1/10 « Mr Séguéla aurait-il lui aussi vécu ce retour en enfance récemment? »
  3. Le Cinquième Pouvoir (Bill Condon) 3/10 « Heureusement que WikiLeaks n’a pas compté sur la qualité de ce film pour ce faire connaitre, il aurait prit le risque d’être encore moins consulté que Bamboin ».

Le tableau

Décembre 2013Baptiste DupontGuillaume TixierRockMortisThibault LinteMoyenne
Casse-tête chinois (Cédric Klapisch)
4 décembre
6 - La fin de la trilogie commencée par le cultissime L'auberge Espagnole en 2002 ne se termine pas de manière bâclée, Cédric Klapisch le fait avec un nouveau style, contrainte qu'il a su faire pour les trois films chacun mais bon, dur dur de faire mieux que le premier...4 - Quelques trucs sont à sauver, même si globalement on a affaire à du Louis C.K. mais en pas drôle. Clairement le volet le plus mécanique et le moins attachant des trois.6 - L'histoire prouve qu'il est assez difficile de faire des bonnes suites d'histoires de jeunes adultes (Les Bronzés ou encore American Pie en sont la preuve). Ici cependant, on est agréablement surpris car le contenu sait rester drôle, léger et très "jeune". On regrettera simplement, comme pour les épisodes précédents, un grand nombre de scènes clichées et attendues ainsi qu'une certaine irrégularité dans la qualité des acteurs.5,4
Carrie, la vengeance (Kimberly Peirce)
4 décembre
6 - Ok cela ne vaut pas celui de De Palma, on est d'accord. Mais je ne sais pas, j'ai aimé et en même c'était nul comme film : je dis cela car d'un côté, c'est trop spectaculaire (évidemment c'est les américains) mais en même temps assez simple ; les acteurs ne sont pas forcément bons mais en même temps ce n'est pas exécrable, ils reprennent assez bien les personnages décrits par Stephen King. Je sais pas comment penser ce film qui m'a troublé par le fait que c'est nul mais qu'il se rapporte a contrario assez bien (malgré quelques maladresses) au livre de Stephen King (que j'ai lu) : y'a un truc qui fait bien penser au bouquin et en même temps le film en lui-même n'est pas à la hauteur...6
Le Cinquième Pouvoir (Bill Condon)
4 décembre
3 - Un film sans rythme et avec un scénario finalement assez peu lisible. On se demande quel parti prendre et comme cette interrogation est mal amenée, même cela n'intéresse pas. Dommage car une cause comme WikiLeaks aurait mérité un bien meilleur film et de bien meilleurs acteurs: Facebook a bien été capable de produire un film très correct !3
La Jalousie (Philippe Garrel)
4 décembre
7 - Oui, la mise en scène très marquée "auteur français" (avec une esthétique très à l'ancienne) peut déranger... Mais LA JALOUSIE nous montre des personnages plus vrais que nature qui ne peuvent que nous émouvoir. Le film est pur, beau et touchant et rien que pour les grands sourires qu'il provoque en nous, il mérite un fier 7/10.7
La Reine des Neiges (Chris Buck, Jennifer Lee)
4 décembre
8 - Avec la reprise du conte d'Andersen, Disney revient aux sources, revient aux chansons (avec une ou deux peut-être en trop et un peu trop niaises) magnifiques (deux sont absolument frissonnantes), revient aux personnages haut en couleurs, revient aux belles princesses (Elsa, la reine des neiges est splendide en mode rebelle de la glace et Anna très belle aussi), même si le méchant n'est pas très bien exploité comme il aurait fallu. Mais bon, ça envoie un classique Disney aux fans (merci !!!!).7 - Le moins qu'on puisse dire est que ça démarre très mal (personnages secondaires sans vie, chansons trop nombreuses et un peu trop dans l'air du temps...) mais FROZEN se rattrape par la suite avec un récit épique et plein de péripéties qui bénéficie d'un soin admirable dans son découpage et sa gestion du rythme. C'est peut-être un tout petit peu moins bon que RAIPONCE mais quoiqu'il en soit, on a assurément pris notre pied !8 - Cela faisait longtemps que Disney ne nous avait pas offert un beau "conte de princesses". Le studio n'a pas perdu la main et nous offre un spectacle digne des plus grands. On notera quelques chansons maladroites, que l'on pardonnera rapidement tant l'histoire est remplie d'amour et de rêves. Un film idéal pour noël et pour toujours.7,7
Rêves d'or (Diego Quemada-Diez)
4 décembre
7 - Dans le final du film (spoiler, donc) le cinéaste nous sort les violons et montre longuement son petit héros enfin arrivé aux Sates mais en train de trimer dans un abattoir sordide... Heureusement, le reste de REVES D'OR n'est pas à l'image de cette conclusion douteuse et atteint même de temps en temps des sommets !7
Zulu (Jérôme Salle)
4 décembre
5 - Une histoire déjà vue, un Orlando Bloom trop surjoué, un Forest Whitaker trop "gentil", une fin un peu ridicule. Tout ça pour en arriver là, on a vu mieux quand même...5 - D'une rare complaisance dans le sordide et la violence gratuitement choc, ZULU affiche par ailleurs un Orlando Bloom qui tire la même tronche pendant deux heures et des personnages qui n'évoluent jamais (sauf peut-être dans les cinq dernières minutes). Tout cela est bien dommage, puisque Jérôme Salle est assez ambitieux et que techniquement son film a la gueule d'un thriller de haut standing.5 - Thriller finalement très classique, du genre que l'on aime bien regarder entre amis avec quelques bières. Peu de scénario, un minimum d'action mais un timing bien cadré fait de ce film quelconque un bon moment de distraction. 5
100% Cachemire (Valérie Lemercier)
11 décembre
1 - Un film à étudier en fac de ciné tant il est la synthèse de tout ce qu'on reproche au cinéma français surfriqué actuel. Du très haut niveau et un mépris total des spectateurs. (notre avis complet ici)1
All is Lost (J.C. Chandor)
11 décembre
7 - Ce film presque muet (quasiment pas de dialogues) montrant la dérive lente mais sûr de Robert Redford est plutôt pas mal filmé, sans en faire des tonnes comme aurait pu faire un blockbuster américain à la con. Petite (ou grande) critique sous-jacente de la mondialisation. Assez remarquable et limite épique.7
A Touch of Sin (Jia Zhang Ke)
11 décembre
6 - Oui ce film est bien, mais sa longueur ne m'a pas fait accrocher du tout et je me suis donc malheureusement ennuyé... Question d'affinités uniquement en jeu pour moi.9 - L'une des plus grosses baffes de l'année ! Avec ce film d'une fureur incroyable, le génial Jia Zhang Ke trouve le juste milieu entre film populaire utralviolent et cinéma social et contemplatif ! Magnifique. 7 - Beau tableau de la pauvreté chinoise, A Touch of Sin souffre malheureusement d'histoires de qualités inégales. On oscille ainsi entre la passion et un immense ennui. Dommage.7,3
Le Hobbit : La Désolation de Smaug (Peter Jackson)
11 décembre
8 - Que dire de mal sur cette suite grand spectacle donnée par ce cinéaste néo-zélandais prodigieux du nom de Peter Jackson : il remet à un niveau élevé la fonction fabulatrice qu'est le cinéma. A part les effets numériques des orques très moches, le dragon "motion-capturé" par Benedict Cumberbatch est très impressionnant à voir sur grand écran. On attendait mieux de voir la suite après Un Voyage Inattendu, c'est fait, on attend encore mieux avec la fin de cette trilogie de Bilbo le Hobbit. 8 - La dernière demie-heure est l'une des choses les plus spectaculaires jamais vues sur un grand écran et même si le film est très clairement incomplet (personnages parfois peu approfondis, disparition étrange de Tauriel et Gandalf pendant deux bonnes bobines, Bilbo longtemps au second plan...) la version longue devrait remédier à la plupart des problèmes. Un film à voir en 3D HFR pour s'en prendre plein les mirettes avec un relief dantesque et une fluidité remarquable. Surtout, le 48fps révèle les images à elles-mêmes, transformant des scènes un peu décevantes en 24fps comme celle de Mirkwood en véritable tour de manège horrifique rempli d'idées totalement inédites !9 - Y'a pas à dire Jackson est un maître de l'esthétisme au cinéma. Certains moment sont justes d'une générosité et d'une beauté rarement vu sur écran. Smaug est incroyable et d'ailleurs la dernière partie du film est à la fois complètement démesurée et en même temps complètement contrôlée. C'est de la jouissance à chaque plan.9 - Alors bien sûr, comparé aux DEUX TOURS, c'est un peu inférieur, mais si on est objectif, il faut bien reconnaître que l'on est là face au plus grand film du genre depuis... LE RETOUR DU ROI. Grandiose, ce nouvel opus nous fait entrer profondément dans ce monde que l'on aime tant en offrant une toute nouvelle profondeur à la terre du milieu. Un peu trop de succession d'actions peut être, quelques scènes qui arrivent un peu là par hasard mais c'est au fond, un peu ce que l'on attend de Peter Jackson, ce n'est donc pas ici que l'on s'en plaindra.8,5
Je fais le mort (Jean-Paul Salomé)
11 décembre
6 - Comédie décalée assez bonne avec un François Damiens en forme à son habitude. Les autres passent un peu inaperçus mais bon. Ce que je voudrais savoir c'est ce qu'il y a d'extraordinaire dedans ? Je me pose encore la question...7 - Rythmé par un duo Nakache-Damiens parfois trop caricatural mais très touchant, ce polar-comédie à part sait nous passionner par son originalité et sa fraîcheur. Une très bonne comédie pour passer l'hiver le cœur au chaud.6,5
The Lunchbox (Ritesh Batra)
11 décembre
5 - En tant que spectateur occidental, je n'ai pas aimé ce film "oriental" (je me hue moi-même de ne pas m'être ouvert à ce genre du cinéma que je ne connais pas) car il est bourré de clichés selon moi qui alourdissent le film et je suis désolé, mais il ne donne pas envie de manger (surestimations de critiques à la con), et même, Irfan Khan, l'acteur principal, a mangé de la nourriture froide (arrangé tout de même par un styliste) et pas si bonne que cela sur le plateau de tournage, c'est pour vous dire....5
16 ans ou presque (Tristan Séguéla)
18 décembre
1 - Un ramassis de merde avec une vision de "film" (entre guillemets) très très clichée (super la vision de l'adolescence, ça donne envie...) avec un Laurent Lafitte désespérant pour avoir choisi ce rôle aberrant. UNE CONNERIE DU CINÉMA FRANÇAIS !!!1
Angélique (Ariel Zeitoun)
18 décembre
5 - Malgré une mise en scène soignée sur les décors et les costumes, une inéquation se fait ressentir entre les personnages et leur univers, montrant indirectement l'artifice de manière non naturelle du cinéma. Ce film très prout-prout n'est pas à mon goût même si Gérard Lanvin (personne très philosophique en soi) donne une bonne performance. Le style ne fait pas accrocher...3 - Des dialogues dignes de figurer en sélection du prochain festival du film de merde, un montage plus qu’approximatif et une émotion à l'Arlésienne. Je me demandais comment on pouvait rater un film de cape et d’épée, maintenant : JE SAIS. Heureusement que Gérard Lanvin a accepté de sauver le navire... 4
Belle et Sébastien (Nicolas Vanier)
18 décembre
6 - 70% de fiction, 30% de documentaire sur les paysages montagnards. Nicolas Vanier nous offre certes une histoire un peu cul cul la praline par moment mais bon on ne vas pas bouder notre plaisir ! Juste la présence de Zaz sur la BO qui vient casser l'ambiance par deux moments.6
Le Géant égoïste (Clio Barnard)
18 décembre
8 - Une vision désespérante de l'Angleterre profonde où l'on suit deux jeunes garçons qui essayent de survivre malgré leurs comportements hors société. Une fin tellement triste que cela appuie bien le fait que le cinéaste ne fait pas passer un message d'espoir, c'est un véritable cri de tristesse que le film libère. Et putain que c'est beau !4 - Clio Barnard veut montrer à quel point elle est douée et pour cela elle dépeint des personnages tellement extrêmes qu'ils frôlent toujours la caricature. Qui plus est, le final sinistre laisse planer le doute quant à la sincérité de la démarche de la cinéaste... Un tour de force ? Pas vraiment. 6
Mandela : Un long chemin vers la liberté (Justin Chadwick)
18 décembre
6 - Idris Elba ne ressemble pas à Mandela, c'est un fait... Pourtant, il porte le film de bout en bout et nous prouve une fois encore qu'il est l'un des plus grands comédiens de sa génération. Ce biopic a beau parfois transformer Mandela en personnage de cinéma d'action, entendre Elba proclamer ses discours ne peut que nous soutirer quelques larmes et nous faire frissonner de partout. Décidément, un très grand homme s'en est allé.6
Suzanne (Katell Quillévéré)
18 décembre
7 - Une histoire et un film bien porté par le trio Sara Forestier, Adèle Haenel et François Damiens qui donne de beaux jeux d'acteurs assez émouvants, voire nostalgiques. Joli travail sur le hors-champ qui fait passer au final au spectateur toutes les émotions du film bercé par une durée imperceptible. C'est plutôt pas mal !6 - Les bandes-annonces avaient de quoi faire peur, et pourtant SUZANNE est loin d'être aussi mauvais que prévu. On est bien sûr dans le domaine très calibré du film de festival, mais les comédiens sont admirables (Sara Forestier pourra sans doute toujours jouer les adolescentes à 50 balais) et on se laisse aisément emporter par ce beau mélodrame certes un peu cousu de fils blancs. Joli film.6,5
Albator, Corsaire de l'Espace (Shinji Aramaki)
25 décembre
6 - Le graphisme reprenant presque point par point celui des cinématiques présentes dans les jeux-vidéos apportent une chose rarement vu au cinéma (pour ma part). Après l'histoire et les personnages sont pas mal pour mettre au point une fable écologique.4 - Quelques scènes d'action brillantes, mais sinon c'est chiant. Zéro originalité, zéro émotion et un ton Dark and Gritty bien gonflant. Bref, ça se laisse regarder, mais rien de vraiment mémorable, contrairement à ce que nous dit sur l'affiche James Cameron (qui a surement été touché par les multiples empreints à sa filmographie de cet ALBATOR next-gen).7 - De super graphismes, de très bonne coupures et un rythme qui ne baisse jamais. Avec une touche de sentiments en plus, cet animé aurait frolé le chef d'oeuvre. Malheureusement, d'émotions, il y en a peu.5,5
Don Jon (Joseph Gordon-Levitt)
25 décembre
6 - On ne va pas cracher sur la soupe, Joseph Gordon-Levitt nous propose son personnage, très "De Nironien" par moments dans un film au montage intéressant (marque de fabrique ici dans ce film pour rajouter un effet comique qui se rattache au personnage) addict au porno sur ordinateur face à la sulfureuse Scarlett Johansson. On retiendra certains moments assez bien ficelés en comique, mais bon tout cela ne vole pas bien haut non plus...7 - Peut être le meilleur film sur l'addiction au porno jamais sorti. Bel hommage donc à cette interrogation sociétale de plus en plus courante. Le film pâtit parfois de quelques clichés mais les petits retournements de situation qu'il nous offre et l'intérêt qu'il suscite pour grand nombre de personnage saura vous faire passer l'heure et demi à toute vitesse. 6,5
Le Loup de Wall Street (Martin Scorsese)
25 décembre
8 - Comment ce film en presque trois heures (un peu long par moments) arrive-t-il à donner une mémoire cinéphile au spectateur ? C'est l'une des premières questions que je me suis posé en sortant de la salle : sexe, drogue, joie, colère, excès, folie, biopic, arnaque, finance, corruption. Tous sont des mots-clés qui apparaissent en abondance dans un film à la vision médiatisée (et ces petites adresses de DiCaprio à la caméra assez savoureuses). Merci aux Golden Globes d'avoir enfin sacré le travail de fou de DiCaprio (il crie, il hurle, il est content, il baise, il est shouté, il est shouté à s'en rouler par terre, il est calme ; bref, il joue tout), peut-être l'Oscar non ? Mention spéciale à Margot Robbie !9 - L'année se termine en beauté avec ce qui est à n'en pas douter un futur classique ! Alors oui, HUGO CABRET c'était mieux et le film a un petit côté enchaînement de sketchs, mais il faut bien dire qu'on rit ici à gorge déployée (c'est le film le plus drôle de l'année) et qu'on assiste à un spectacle complètement dingue et blindé de coke et de putes... Martin Scorsese a 71 ans, et il est encore un jeune cinéaste de génie !8 - Le casting est impressionnant de justesse, les acteurs s'éclatent et Scorsese aussi. Sa mise en scène ne fait jamais d'esbroufe et souligne toujours les situations au bon moment. Des éclats de rire à n'en plus finir faisant filer les 3h de film en un éclair.8 - Une fois de plus Martin Scorsese nous épate avec ce film ou la drogue et les seins règnent en maîtres absolus (peut être un peu trop d'ailleurs). On aime, on en redemande et comme par magie, il y en a encore. Ce film prouve que lorsque l'on a du génie, on peut innover même sur un sujet traité des centaines de fois.8,2
Le Manoir Magique (Ben Stassen, Jérémie Degruson)
25 décembre
4 - On a bien du mal à entrer dans ce film qui commence comme un court métrage d'étudiants en animation. Le tout s'améliore par la suite grâce à un univers assez réussi et ce malgré un scénario très très simpliste.4
Tel Père, Tel Fils (Hirokazu Kore-eda)
25 décembre
7 - J'ai été assez ravi de voir un bon film posé, ça fait du bien ! Bien sûr impossible de ne pas penser à La Vie est Un Long Fleuve Tranquille d'Etienne Chatillez (1988) mais ici, c'est vu avec quand même un peu plus de sérieux et de recul sur une situation critiquée du Japon. Cela pose donc de conséquences des questions intéressantes pour le spectateur. Très intéressant...8 -8
Ghost in the Shell: Arise 1 et 2 (Kazuchika Kise) 25 décembre4 - Les fans d'animés japonais regretteront surement que cette mini série soit présente dans bien peu de cinémas en France. Soulageons les de ce regret en annonçant qu'Arise contient beaucoup plus d'action que de suspense et que la plupart des personnages sont profonds comme une flaque d'eau. RAS donc.4
2 Automnes 3 Hivers (Sébastien Betbeder)
25 décembre
5 - Ouais, c'est rigolo...5

A Propos de l'Auteur

thibault linte a publié 87 articles sur ce site.

Passionné de cinéma et de politique, cet illustre souverain de la myrtille a décidé de quitter les plaines verdoyantes de son enfance, pour parcourir le monde à la recherche de la connaissance suprême. En attendant de la trouver, il vous livre ici ses pensées sur un monde qu’il aimerait tant révolutionner. Sinon, Thibault dénigre les bobos, bien que son livre de chevet soit Cioran près du catalogue IKEA.


Les films de l’été 2013Les films de janvier 2014

Laisser un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.