Le Gros, chansons et autres bricoles

« Hélène, c’est elle, le gros c’est lui. Elle : c’est la chanteuse. Lui : l’accordéon. Et l’un ne va pas sans l’autre ! »

le gros et heleneIl y a quelques mois, Bamboin vous emmenait en Bretagne découvrir ces merveilleux artistes qui chaque année, nous font vibrer aux rythmes des Fest-Noz. Je vous propose aujourd’hui un nouveau détour par cette charmante région à la rencontre d’un véritable phénomène musical : Le Gros.

Bamboin a rencontré Le Gros par hasard, sur une petite place d’un village mayennais. Quand Le Gros arriva aux oreilles de Bamboin, celui-ci se surprit d’abord du bien-être que lui procurait le chant énergique et grésillant qu’il entendait : une voix comme cela ne se rencontre pas tous les weekends. Si seulement la Nouvelle Orléans savait que l’on avait de ça chez nous, tous les saxophonistes iraient se réfugier dans l’hexagone !

Quand Bamboin est surprit, il approfondit. On le retrouve donc, quelques instants plus tard, appuyé contre un mur, analysant chaque accord, chaque refrain de sa découverte musicale. En plus de la voix, il y avait cet accordéon ; pas l’imbu virtuose que l’on rencontre trop souvent, non, un gros accordéon humble et précis, si simple qu’il en devient presque humain. On l’imagine, artiste à part entière, un timide personnage entièrement voué à la mise en valeur parfaite de sa chanteuse.

Le concert suit son cours et plus le temps passe, plus Bamboin veut découvrir cette femme qui réussit si bien à mélanger son accordéon à sa voix. Il prend donc  rendez-vous avec elle quelques semaines plus tard, dans un petit bar de Rennes.

Voici ce que Bamboin a retenu de cette passionnante rencontre :

Hélène a découvert l’accordéon par hasard quand l’un deux est arrivé chez elle après quelques péripéties. Elle l’a pris, essayé, comme la main gauche, ce n’est pas très difficile, elle s’est  bien amusée avec. De fils en aiguilles, elle a aussi utilisé l’autre main et a essayé de les faire sonner ensemble ; à l’oreille. Tout cela devait donner quelque chose car peu de temps plus tard, deux artistes lui ont proposé un petit projet de groupe.

Leur petit groupe jouait de temps en temps et leur nombre de dates grandissait en même temps que leur talent si bien qu’à un moment, Hélène a pu laisser de côté ce dont elle vivait pour se consacrer entièrement à la musique. Ce trio dura 6 ans pendant lesquels Hélène et son groupe ont parcouru la Bretagne et la France en égayant les bars et les salles dans lesquels ils passaient.

le grosEn 2011, Hélène s’est mise au chant et en a profité pour créer Le Gros. Duo composé d’elle et de son accordéon, grâce auquel elle pourra raconter ses histoires à toutes les générations. Car si Hélène adore les festivals de rock, c’est des histoires qu’elle raconte dans ses chansons et bien que l’ambiance bar soit toujours très chaleureuse, l’accordéon chanté s’apprécie beaucoup mieux dans un univers plus calme ; un lieu où le musicien et son public sont en contact permanent. Pour comprendre ce que chante Hélène, on peut citer ses références : Arthur H, Sanseverino ou encore Thomas Fersen (elle a d’ailleurs fait sa première partie), bien loin des Ogres de Barback auxquels on a tendance à penser lorsque l’on parle accordéon. Ce qui fait l’originalité de Le Gros, c’est que son approche de l’accordéon est très différente de tout ce que l’on peut voire actuellement sur la scène française. Le Gros ose utiliser l’accordéon comme simple accompagnement. Pas de solo, pas de froufrou, l’accordéon, au même titre que le piano et la guitare, peut être accompagnement et se suffit en cela.

D’ailleurs, quand on lui demande, Hélène ne se dit pas accordéoniste, ni chanteuse d’ailleurs. Elle est plutôt bricoleuse ; pour raconter ses histoires, elle se sert de ce qu’elle a ; l’essentiel, c’est ce qu’elle donne à ceux qui viennent l’écouter.

Son art ne s’arrête d’ailleurs pas à la chanson car elle se lance aussi dans les contes musicaux et plein d’autres projets. Hélène m’a d’ailleurs avoué ne pas écrire ses textes, il y a des paroliers bien plus talentueux que moi confesse-t-elle, j’aime bien l’adaptation à l’accordéon, créer mon atmosphère à travers la musique.

Bamboin a souvent demandé aux artistes lors de ses interviews s’ils croyaient au morceau parfait. Hélène ni croit pas et trouve même cette notion très triste, car « si un morceau était parfait, pourquoi continuerions-nous à en faire ».

Le Gros aime la scène et le contact avec le public, c’est pour cela que nous avons bien peu de morceaux à vous faire écouter sur Bamboin. Cependant, il paraîtrait que l’année prochaine, fort de nouvelles compositions originales, Le Gros pourrait prendre le risque d’aller se frotter aux froids micros d’une salle d’enregistrement.

Patience donc…

…en attendant, Bamboin ne peut faire autrement que de vous pousser vers la Bretagne afin d’aller écouter ce petit brin de soleil (100% garanti bonne humeur).

Afin de rester au courant des dates de Le Gros, il y a Facebook (Hélène Le Gros), Zikcard (ici), et bien sûr Bamboin qui sera ravi de vous renseigner.

Bonne rentrée à tous, quant à moi, je vous laisse sur un petit air d’accordéon.

A Propos de l'Auteur

thibault linte a publié 87 articles sur ce site.

Passionné de cinéma et de politique, cet illustre souverain de la myrtille a décidé de quitter les plaines verdoyantes de son enfance, pour parcourir le monde à la recherche de la connaissance suprême. En attendant de la trouver, il vous livre ici ses pensées sur un monde qu’il aimerait tant révolutionner. Sinon, Thibault dénigre les bobos, bien que son livre de chevet soit Cioran près du catalogue IKEA.


Laisser un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.