Chronique festivalière, jour 2 – Crossroads

crossroads

Un Certain Relent

Crossroads / Un film de Tamra Davis avec Britney Spears, Anson Mount, Zoe Saldana… Durée : 1h35. Sorti en 2002.

Comme nous l’apprend la sélection « Un Certain Relent » de cette année, les chanteurs à succès qui veulent entrer dans le monde du cinéma ne croient avoir que deux possibilités. La première, c’est de jouer dans une production tape-à-l’oeil apte à prolonger leur image de marque (SpiceWorld et ses SpiceGirls en mode ego-trip). La seconde, c’est de participer à une production volontairement indé qui les fera paraître sous un jour nouveau. Britney Spears et le cas Crossroads entrent aisément dans cette seconde catégorie.

Mis en scène par Tamra Davis, l’une des rares réalisatrices américaines (il est d’autant plus intéressant de le souligner que certains de ses films, dont un récent documentaire sur Jean-Michel Basquiat, ont rencontrés un vif succès critique), Crossroads est un road-movie sentimental qui ne sort pas totalement sa vedette du monde de la musique puisqu’il a pour point culminant un concours de chant.

Auparavant, le film raconte les péripéties de trois amies d’enfance qui, à l’âge d’aller à l’université, se retrouvent à l’occasion d’un périple automobile au cours duquel chacune va tenter de réaliser ses rêves. Pour Lucy (Britney Spears), il s’agit de retrouver sa mère. Pour Mimi (Anson Mount), déjà enceinte, il est plutôt question de remporter un concours de chant (et cela malgré sa timidité). Quant à Kit (Zoe -Neytiri- Saldana), elle les suit pour retrouver l’homme de sa vie.

Toutes trois sont accompagnées de Ben, un jeune homme séduisant et mysterieux, à tel point qu’elles le soupçonnent d’avoir fait de la prison et d’avoir commis un meurtre. Il faut dire que le bonhomme est caractériel et qu’il tient par dessus tout à sa belle automobile, une décapotable que les filles ne doivent surtout pas conduire, au risque de le mettre en colère… Et quand il est en colère, il donne des coups de pieds dans le sable en fronçant les sourcils, alors pas touche à la bagnole, les filles !

Mais ce qui devait arriver arriva et Lucy, qui jusque là regardait un peu de travers le beau brun attardé, tombe amoureuse. Elle n’est pas la seule, car lui aussi tombe sous le charme de Britney, toujours vêtue de rose (à tel point qu’on a l’impression qu’elle ne se change jamais, la pauvre). Jusque là il se plaignait d’avoir tout perdu dans la vie à cause des filles (!), et désormais il laisse Kit et Mimi partir en virée toutes seules dans sa Buick… Y’a pas à dire, il est vraiment amoureux, le bougre (mais il fronce toujours autant les sourcils) !

Dans leur coin, Mimi et Kit retrouvent l’amoureux de cette dernière qui, de une, l’a trompe, et de deux, se révèle avoir mis enceinte Mimi en la violant ! La preuve : Kit découvre qu’il boit la même « bière bleue » que celle que son amie lui avait décrite en racontant ses mésaventures quelques minutes plus tôt (une séquence charmante s’il en est)! Quelle coïncidence ! Quel retournement de situation ! Et attention, pire encore : Mimi tombe dans les escaliers et perd son enfant, dont elle n’osait jusque là pas avorter (parce que c’est le mal) ! On nage en pleins Feux de l’Amour !

Crossroads, c’est un peu Les Frères Scott, et il faut dire que ça ressemble pas mal à un de ces téléfilms M6 dont raffolent les jeunes adolescentes et les ménagères. Pour autant, tout n’est pas à jeter dans le film de Tamra Davies, ode à l’amitié certes d’une attristante naïveté, mais aussi récit initiatique dans lequel tout se tient du début à la fin et appelle à de jolis effets de miroir. On prend même parfois un certain plaisir à suivre les péripéties de cette bande de nanas qui se comportent… eh bien, comme des nanas ! Tantôt chiantes et bavardes, tantôt touchantes et attachantes.

Dommage, juste, que le film fasse se succéder les clichés avec une cadence aussi métronimique, car il faut bien avouer que les intentions de son auteure sont plutôt bonnes. Quant à celles de Britney Spears, effectivement pas très bonne actrice, on y voit plus un petit calcul visant à faire rebondir sa carrière sur un autre support qu’une réelle implication artistique.

Les journalistes du monde entier et les cérémonies telles que les Razzie Awards ne s’y seront pas trompé, et auront stoppé net sa carrière d’actrice. Crossroads (dont le titre évoque autant la « croisée des chemins » qu’un vieux soap-opéra britannique) reste donc une anomalie, une curiosité cinéphile, et la première et dernière fois que vous pourrez voir Britney Spears à l’écran ! Une bonne raison d’y jeter un oeil ? A vous de voir.

LE PETIT PLUS DU « FILM DE MERDE »:

Bah, en fait c’est pas totalement de la merde…

A Propos de l'Auteur

FreedentWhite a publié 154 articles sur ce site.

Depuis son plus jeune âge, FreedentWhite développe une passion sans bornes pour le Septième Art. Par dessus tout, il aime Powell, Pressburger, Argento, Malick, Burton et Jodorowsky. Si certains croient qu'il a une dent contre Luc Besson – tout particulièrement lui –, il dévore pourtant tous les types de cinéma ; qu'ils soient d'auteur ou de divertissement (ou les deux). Avant tout, il aime les bons films.


Chronique festivalière, jour 2 – Les ProfsChronique festivalière, jour 3 – Die Hard : Belle Journée pour Mourir

Laisser un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.