Chronique festivalière, jour 1 – Astérix et Obélix : Au service de sa Majesté 3D

asterix

Compétition officielle

Astérix et Obélix : Au service de sa Majesté 3D / Un film de Laurent Tirard avec Edouard Baer, Gérard Depardieu, Valérie Lemercier… Durée : 1h49. Sorti en 2012.

Je n’attendais rien de ce film. J’ai quand même été déçu.

– C’est moche. TRÈS moche. Et pourtant, avec le budget qu’il avait, il aurait pu faire autre chose que des cailloux en plastique mou.
– Édouard Baer (que j’adore) est affligeant. Il n’est pas Astérix. Il est Édouard Baer. Et là, ça va juste pas du tout.
– C’est moche.
– Charlotte Le Bon a autant sa place dans le film que Morsay dans un Godard.
– C’est très moche.
– C’est ULTRA-RÉFÉRENTIEL ! Je sais que beaucoup de gens ont aimé ça, mais là c’est vraiment lourdingue au possible. Kill Bill, 300, Astérix (oui, de l’auto-référence), sans oublier les clins d’oeil musicaux… Juste, non.
– C’est vraiment moche.
– Dany Boon… Rien qu’évoquer ton nom me remplit d’effroi. Non, Dany, tu n’es pas drôle. Et les 20 minutes que tu t’es octroyé n’y changent rien, tu ne sert à rien dans l’histoire, et tu n’es pas drôle.
– C’est vraiment très moche.
– Luchini… C’est moi ou tu t’ennuie ?
– C’est affreusement moche.
– Le clin d’oeil a Star Wars (wééééééé) m’a donné envie de quitter le cinéma. De rage.
– C’est d’une laideur indescriptible.
– BB Brunes. Je veux dire : BB BRUNES, QUOI ! OMFG MAIS C’EST QUOI CETTE CONNERIE ?!
– Les dialogues sont vides, il ne se passe rien d’intéressant, la moitié des péripéties sont pénibles et sans intérêt.
– La musique de Klaus Badelt (qui, rappelons-le, à signé la SUPERBE BO de Catwoman :D)est à pleurer d’ennui.
– Et dernière chose : PUTAIN MAIS C’EST MOCHE ! LES SFX, LES DÉCORS, LES COSTUMES, LES ACCESSOIRES EN PLASTIQUE, LA POST-PROD : TOUT FAIT FAUX ! C’EST MOCHE !

De manière générale, on sent bien que personne (et surtout pas le réalisateur) ne prend de plaisir à faire ce film. Tous les acteurs tournent au ralenti, et ceux qui ne tournent pas au ralenti tournent à coté. Personne ne fait son boulot à fond, ce qui nous donne un film bâclé, mou, qui pue moins le fric que le trois, mais qui est nul quand même.

LE PETIT PLUS DU « FILM DE MERDE »:

Deux points pour l’apparition surprise de Simon Astier, et le voleur de charettes, seul personnage délicieusement réussi et hilarant ! La petite fleur dans l’océan de déception.

(ce texte est une reprise d’un texte publié sur le site Senscritique)

A Propos de l'Auteur

Mister Fox a publié 5 articles sur ce site.


DEUXIEME FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MERDE – C’est parti !Chronique festivalière, jour 1 – New York Taxi

Laisser un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.