50 films à attendre pour 2013 (1/10) – N°50 à 46

This entry is part 1 of 9 in the series Les films à attendre pour 2013

Annoncer l’année 2013 en fanfare était trop tentant. Nous avons succombé.

Avec le programme de folie qui se profile pour nos cinémas, nul doute que l’année 2012 sera vite oubliée. Petit détour en 50 titres (la sélection fut extrêmement difficile) des titres qui nous attendent pour les douze mois à venir. Et on commence par les numéros 50 à 46 de notre sélection, bien entendu.

50. Passion

13 février. Un film de Brian De Palma avec Rachel McAdams, Noomi Rapace, Karoline Herfurth…

Bien que la critique européenne le soutienne toujours autant, Brian De Palma (Blow Out, Scarface) n’a plus rencontré de succès public depuis un bon bout de temps. Avec Passion, remake du dernier film d’Alain Corneau, le cinéaste revient à l’imagerie qui a fait sa gloire: érotisme, suspens, voyeurisme. La réinterprétation étant l’essence de l’art de De Palma, on risque bien de retrouver une séquence entière en split screen et une nouvelle itération de la scène de la douche de Psychose… A ceci près que depuis Redacted le réalisateur s’intéresse plus que jamais aux technologies et médias contemporains. Un thriller sulfureux dans le monde d’internet et des téléphones portables ? Si on en croit les retours de la projection vénitienne, Passion devrait être un grand cru pour le réalisateur de Phantom of the Paradise.

49. Man of Steel

19 juin. Un film de Zack Snyder avec Henry Cavill, Kevin Costner, Amy Adams…

Comment rebooter Superman en salles, quelques années seulement après le semi-échec au box-office du mastodonte Superman Returns (en 2006 plus gros budget de tous les temps)? C’est bien simple, en confiant le projet à Christopher Nolan et à son scénariste David S. Goyer, auréolés du succès quasiment sans précédent des Dark Knight et proclamés rois des adaptations de comics au cinéma par les adolescents du monde entier. Sous leur tutelle, c’est le réalisateur Zack Snyder (les sympathiques Watchmen et Sucker Punch) qui met en scène le légendaire super-héros. Construit comme le premier volet d’une trilogie au ton adulte proche des récents Batman, Man of Steel est un projet essentiel pour Warner, puisqu’il doit suffisamment séduire le public pour assurer la viabilité de Justice League, un projet duquel sera absent Christopher Nolan. Les premières images annoncent une esthétique proche des films de Terrence Malick couplée aux moments d’action les plus épiques que l’on puisse imaginer. Manquent cependant les ralentis habituels du père Snyder.

48. After Earth

5 juin. Un film de M. Night Shyamalan avec Will Smith, Jaden Smith, Sophie Okonedo…

Pauvre Shyamalan ? L’enfant chéri du cinéma US, jadis prétendant au titre de nouveau Spielberg, est devenu en quelques années seulement le souffre-douleur des journalistes. Précisément, le tournant de la carrière de Shyamalan s’est fait à la sortie de La Jeune fille de l’eau, dans lequel un personnage de critique se faisait dévorer de la plus sordide des manières. Depuis, la presse le lui rend bien. Peut-être un peu trop, même. Si Phénomènes n’était effectivement pas un chef-d’oeuvre, Le Dernier Maître de l’Air valait sans doute bien plus que ce que bon nombre ont bien voulu faire croire. Il en va de même pour ce After Earth, déjà tellement moqué sur internet qu’il en devient automatiquement attachant. Shyamalan, qui n’a pas pu terminer sa trilogie tirée de la série Avatar, retourne cependant au blockbuster épique. Pour le plus grand déplaisir des geeks, Will Smith partage à nouveau une tête d’affiche avec son fils dans un film qui nous présente une planète Terre totalement dévastée, retournée à un primitivisme effrayant. A n’en pas douter, la critique détestera. A n’en pas douter non plus, After Earth sera un film profondément ambitieux et sincère, et cela qu’il soit réussi ou non. Comme à Bamboin on n’est pas de méchants cyniques pas beaux, ça devrait pouvoir nous plaire.

47. Réalité

Sortie indéterminée. Un film de Quentin Dupieux avec Alain Chabat, Elodie Bouchez, Jonathan Lambert…

En 2013 Quentin Dupieux, le réalisateur français le plus inventif du moment, nous propose deux longs-métrages. Il y a un spin-off à Wrong, intitulé Wrong Cops, que le cinéaste considère lui-même comme bête et sale, et ce Réalité, qu’il a voulu propre et intelligent (propos tenus dans les Cahiers du Cinéma, janvier 2013). Le pitch évoque étrangement le Blow Out de Brian De Palma. On y découvre un réalisateur (Alain Chabat) qui dispose de 48h pour trouver le cri parfait pour son nouveau film d’horreur. Le réalisateur de Steak (de très loin le meilleur Eric & Ramzy mais aussi de très loin leur plus gros bide en salles) nous promet une nouvelle virée dans son imaginaire tordu. De plus en plus proche de Bunuel, le metteur en scène se plait à nous concocter des univers absurdes à la logique pourtant imparable. Ce nouveau film devrait pouvoir miser sur une sélection cannoise en mai prochain.

46. Spring Breakers

6 mars. Un film de Harmony Korine avec Ashley Benson, Vanessa Hudgens, James Franco…

Comme son nom l’indique, Spring Breakers met en scène des participants au Spring Break, ce gigantesque évènement américain dans lequel on retrouve tous les stéréotypes de bimbos décérébrées à gros nichons et de mecs bodybuildés au QI d’huitre; stéréotypes qui ont récemment été montrés du doigt dans le Piranha 3D d’Alexandre Aja. Le film d’Harmony Korine (Mister Lonely, Trash Humpers), très remarqué en festival, nous parle précisément de quatre demoiselles qui tentent un braquage de fast-food afin de pouvoir se financer leur semaine de  vacances. Pas de chance, elles se font prendre par les flics puis se retrouvent entre les mains d’un drôle de sauveur, Alien, un dealer local interprété par James Franco. Apparemment très stylisé et bardé d’ironie mordante quant au rêve américain, Spring Breakers débarque enfin dans nos salles le 6  mars.

A Propos de l'Auteur

FreedentWhite a publié 154 articles sur ce site.

Depuis son plus jeune âge, FreedentWhite développe une passion sans bornes pour le Septième Art. Par dessus tout, il aime Powell, Pressburger, Argento, Malick, Burton et Jodorowsky. Si certains croient qu'il a une dent contre Luc Besson – tout particulièrement lui –, il dévore pourtant tous les types de cinéma ; qu'ils soient d'auteur ou de divertissement (ou les deux). Avant tout, il aime les bons films.


Series Navigation50 films à attendre pour 2013 (6/10) – N°25 à 21 >>

Laisser un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.