La playlist du samedi, épisode 9

La neuvième printanière !

Bachar Khalifé.

Aujourd’hui, se tenant sur son balcon, balançant son regard sur ses voisins, il les remarqua remarquer qu’il les avait regardé. Ainsi que le temps s’écoulait il distinguait clairement qu’ils faisaient exprès de ne pas croiser son regard. Lui, ses voisins et les voisins de ses voisins étaient tous conscient qu’ils se regardaient les uns les autres mais aussi qu’ils n’osaient pas interférer dans la solitude de chacun.

Il souhaita fort qu’à cet instant tous se regardent et tous ensemble lèvent deux doigts tout haut comme auparavant.

Bachar Khalifé est né au Liban, puis dû tout jeune quitter sa terre natale pour Alger pour finalement passer le reste de sa jeunesse à Paris.  Depuis lors il voyage entre l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient et la France et fait part de son goût amère contre la dictature, le racisme et pour son mouvement en faveur de la liberté des peuples.

Pourquoi alors la playlist électro ?

Car cet artiste nous a touchés, par sa musique et son engagement. Et pas que nous, puisque le label du fameux Agoria c’est intéressé à lui et le promeut à présent parmi sa sélection d’artistes. Ce qui lui vaut des dates pour se produire et de la notoriété pour faire s’étendre son message. Oil Stick est son dernier album sorti en mai 2010, en collaboration avec Rami Khalifé, Aymeric Westrich et Alexander Angelov. L’album est incarné tout entier par le parcours de Bachar, des rythmes et des paroles empruntées aux deux univers dont il est issu, une ambiance à la fois arabique et classique, belle et intrigante. Une histoire qu’on vous propose d’entamer ici avec distance  mais engagement:

Enfin voici la dernière production de Bachar Khalifé pour Infiné, sortie il y a quelques jours  accompagné du réalisateur Wael Nouréddine. Ils nous offrent ici une production sonore et vidéo qui emprunte autant à l’électro qu’au piano de Bachar.

En plus de la photo présentée en première page, la Lybie aurait dû être agrémenté d’une petite étoile rouge, synonyme de révolution, comme en Egypte et en Tunisie. Mais on n’est pas là pour s’épandre en politique. La beauté de la musique c’est son vecteur de cohésion et sa puissance créatrice au service de la culture qu’elle incarne. A Bamboin on est donc très fière de partager ces tracks avec vous et pour la cohésion et l’entraide au sein du monde Arabe et de nous rappeler notre soutien aux mouvements pour la liberté des peuples passés et futurs.

Bonne fin de week-end, vive la musique !

Credit photo: ici

A Propos de l'Auteur

Mister V. a publié 27 articles sur ce site.

« Je jette avec grâce mon feutre, Je fais lentement l'abandon; Du lourd manteau qui me calfeutre, Et je tire mon espadon; Elégant comme Céladon, Agile comme Scaramouche, Je vous préviens, cher Myrmidon » D’un poom je fais tchak, C’est au boom que j’attaque !


La playlist du samedi, épisode 8La playlist du samedi, épisode 10

Laisser un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.