Je t’aime, moi non plus: le traité européen

Et voilà !

Comme le choc footballistique attendu entre Paris et Marseilles de ce week-end, un nouveau sommet de ce clôturer dans l’arène ce mardi 9 octobre, en somme le grand classico politique de ces 7 derniers mois, qui nous aura offert toute l’intensité des grands matchs, un lancement en trombe et une fin de match plutôt morne et ridicule.

La fameuse « règle d’or », une des lois les plus controversé de l’ère Sarkozy aura donc été ratifié cet après après-midi par l’assemblée nationale et en attente à présent du vote des sénateurs pour mise en application. Imaginez l’étonnement dans les bancs du parlement européen, ce traité dont pas une ligne n’a été changé d’un iota par le nouveau président, voté en trombe par près de 90% des députés et presque vécu comme un grand moment politique du mandat d’Hollande, à ceci près. On ne peut pas raisonnablement se dire électeur de gauche, défenseur de la belle politique, être en faveur de la règle d’or mais l’ayant refusé il y a quelques mois par simple manœuvre politique. Ça fait trop pour une seule conscience.

Qu’y a-t-il donc à retenir de ce vote et quelles indications pouvons-nous extraire de ce spectacle à la française ?

Il le titrait il y a peu, « coucou me revoilà », Le Point avait vu juste, il est bien de retour et si ce n’est en personne ça l’est quand même par ce traité qu’il avait promu conjointement avec Angela Merkel et qui aura enfin été couronné de succès. Tout dépendra de la manière dont le président actuel négociera l’après traité, tant avec sa majorité qu’avec ses électeurs à qui ils avaient promis tant de changement. C’est à n’en pas douté un moment décisif pour lui, à peine nommé depuis quelques mois et déjà acculé par les râlants d’une crise qui selon lui n’était pas la responsable des stigmates infligés à la France. Un dernier sondage publié par Marianne le 8 octobre révèle ainsi que les français à hauteur de 49% préféreraient avoir N. Sarkozy à leur tête plutôt que F. Hollande (46%).

D’un point de vue interne au gouvernement, la fracture se fait de plus en plus précise entre verts et socialistes. On savait l’affaire N. Bricq, on se souvient encore des propos critiqués de C. Duflot sur la légalisation du cannabis. Le vote contre des verts sur ce traité bien que symbolique au vue de la grande majorité de pour n’est encore qu’un marqueur de plus dans tout ce qui cloche dans le rassemblement des forces politique de la majorité.

Autre exemple, le front de gauche, quatrième force politique des dernières élections et qui aura tenté d’exister dans ce vote en s’associant à de large manifestations contre ce traité, comme la manifestation place d’Italie à Paris le 30 septembre qui bien que suivi par plusieurs milliers de personnes (80 000 selon le FdG) n’aura pas eu de réel impact. Le problème pour  un J.L. Mélenchon toujours costumé dans son rôle d’opposant farouche sera de définir sa relation au gouvernement actuel à qui il a si explicitement apporté sa voix de soutien mais sans jamais s’engager à ses côtés. En voilà pour preuve ses mots dans ce dernier rassemblement où son ennemi annoncé n’est que trop timidement « la politique d’austérité ».

Chose donc assez incongrue bien que l’on s’y attendait, la majorité des voix contre est à mettre au crédit de la majorité. En somme, l’UMP actuellement menacé par ces guerres de clans aura trouvé là l’occasion rêvé de s’unir à nouveau.

Guibert a dit dans son essai général de tactique : « Alors, un homme s’élèvera, peut-être resté jusque-là dans la foule et l’obscurité […]. Cet homme s’emparera des opinions, des circonstances, de la fortune ; et il dira du grand théoricien ce que l’architecte praticien disait devant les Athéniens de l’architecte orateur : « Ce que mon rival vous a dit, je l’exécuterai. » »

Alea jacta est.

Crédit photo : laplumeagratter.fr et lemonde.fr

A Propos de l'Auteur

Mister V. a publié 27 articles sur ce site.

« Je jette avec grâce mon feutre, Je fais lentement l'abandon; Du lourd manteau qui me calfeutre, Et je tire mon espadon; Elégant comme Céladon, Agile comme Scaramouche, Je vous préviens, cher Myrmidon » D’un poom je fais tchak, C’est au boom que j’attaque !


Laisser un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.