Repented, On The NowWhere’s Road

Aujourd’hui, nous allons faire la rencontre de deux incroyables personnes ! Avec nous et dans cette interview, Frank, 22 ans, guitariste et chanteur, et Spade, 25 ans, bassiste, du groupe Repented ! Artistes aillant fait enregistrer il y a peu leur premier clip pour leur album *On The Nowhere’s Road*, et dont la sortie est annoncée pour le 15 octobre. Ils vont partager avec nous leur philosophie et ce qui les fait vibrer dans le son qui fait notre délice quotidien.

Comment vous définiriez vous en tant que musiciens ?

Frank : Pour ça, il faut déjà que je vous parle du commencement. Depuis que je suis gosse, j’adore la musique et tout particulièrement celles des films, qui m’entraînent dans d’incroyables mondes. Cet univers m’a toujours attiré, c’est un fait ! Je chante depuis toujours, et je joue de la guitare depuis neuf ans, et je ne cesse de chercher la perfection.

Mais, pour répondre à la question, bien que ce soit dur, je pense que ma vision ne diffère pas de celles des autres musiciens : Jouer pour son plaisir et pour le plaisir de celui qui nous écoute.

Spade : Contrairement aux autres membres du groupe, je ne me suis introduit dans cet univers que très tardivement, et ce par le biais du graphisme et de la composition. C’est pour ça que je préfère ne pas me prononcer pour l’instant.

Qu’est-ce qui vous vous attire tant dans la musique ?

Frank : Oulàh, beaucoup de choses ! Pour commencer, elle est un héritage venant de mes parents (de cultures variées), qui m’a fait appréhender beaucoup de nuance. Puis, et surtout, elle est un tampon du passé. Elle nous accompagne tout au long de notre vie, s’accroche à nos souvenirs, nous réconforte dans les moments tragiques de notre vie tout comme nous exalte dans ses moments les plus heureux !

Spade : Pour tout vous avouer, la musique n’est pas ma base. J’ai commencé avec le dessin, l’écriture puis avec le cinéma, et c’est les bande sons qui ont fait battre mon cœur. Je n’ai eu de cesse d’avoir de l’attirance pour l’univers de la musique depuis, suivie de près par une certaine frustration. Je me disais que je n’avais pas ma place dedans, par manque de rythme, d’inspiration ou de je ne sais quoi, mais c’était illusoire. J’ai rencontré les bonnes personnes, et je suis maintenant lancé !

Comment vous êtes vous rencontrés, et avez-vous eu l’idée de former ce groupe ?

Une histoire incroyable, presque le destin ! Tout ça a commencé avec cet ami d’enfance, un voisin d’immeuble que j’ai perdu de vu à l’âge de cinq ans (lors de mon déménagement). Croyez le ou non, mais je l’ai recroisé il y a deux ans, et même après tant de temps passé, je l’ai reconnu ! Et je me suis rendu compte qu’il fréquentait un bar dans lequel moi-même j’allais souvent. Et c’est, justement, dans ce groupe d’amis que j’ai rencontré Spade ici présent. Après quelques discussions, et finalement toute une soirée à discuter de ce que nous faisions (moi de la musique, lui de la composition / graphisme), je me suis retrouvé entrainé dans l’univers qu’il avait créé, et je me suis dit : Je dois pas laisser partir ce mec.

A notre deuxième rencontre, on composait une deuxième chanson, et les bases du groupe étaient bâties.

Aurélien alias Stark Benson et Sarah alias Miss Papaver se sont joins à nous juste après. Aurélien est l’ami d’enfance que j’ai retrouvé, et il est sans pareil au piano, bien qu’il soit polyvalent dans bien d’autres domaines (chanteur, choriste, batteur …). Sarah, quant à elle, est la chanteuse de mon premier groupe (Sphynx) que j’avais perdu de vue (musicalement parlant) depuis sa dissolution. C’est en cherchant une voix féminine pour notre morceau Ruby Shoes (inspiré par le Magicien d’Oz) que j’ai repris contact avec elle, et qu’on a renoué dans la scène musicale.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

En chœur, nous dirons Archive ! Ils ont cette diversité que nous cherchons à avoir (bien que nous en approchions), avec la rencontre de nouveaux musiciens, l’exploration d’horizons inconnus quitte à se perdre ! Ne dit-on pas après tout qu’il faut se perdre pour mieux se retrouver ? Bref, on sent qu’ils aiment ce qu’ils font, qu’ils aiment expérimenter, et pour nous, c’est l’essentiel.

Après, on a surtout des inspirations venant des musiques de film (Ennio Morricone, Pino Donnagio, John Barry, John  Williams, Michael Nyman …), des univers western (paysage, époque, fantasme), des contes (comme en témoigne Ruby Shoes) et aussi de Cat Stevens !

Quel style vous définit-il le mieux ?

C’est une question difficile que l’on nous pose souvent, mais à laquelle nous essayerons de répondre ! Bien qu’on puisse nous catégoriser dans le Folk Rock et le Rock progressif, nous ne voulons pas rester dans quelque chose de figé. Nous cherchons à explorer tous les horizons, donner plusieurs styles dans lesquels nous pourrions nous trouver ne ferait que véhiculer une image faussée de nos aspirations. Tous nos membres ont des goûts musicaux différents, mais nous arrivons quand même à nous rejoindre et à faire quelque chose qui nous est propre, et que nous voulons unique.

De tous les morceaux que vous avez joués et composés, quel est celui que vous préférez ?

Frank : Aucun ! C’est comme si vous me demandiez si je préférais ma fille ou mon fils. Nous nous sommes impliqués dans chaque morceau et avons cherché la perfection, si bien qu’il est impossible de me décider !

Spade :  Je suis tenté de répondre comme Frank, mais je dois avouer que le morceau Cactus Rock, le plus commercial de notre album, est celui qui me marque le plus. Aillant écrit les paroles et m’étant investi dans la création du clip, je dois avouer qu’avec le temps et après une relecture des lyrics, je me suis rendu compte que chacun y retrouvait son idéal. On peut y lire ce que l’on veut, la joie, le bonheur, la vengeance, la passion, tant et plus, tout en revigorant celui qui l’écoute !

Quels sont vos projets pour l’année à venir ?

Et bien, héhé, déjà la sortie du clip le 15 octobre ! Et en ce qui concerne les concerts, on ne veut pas se lancer dedans tant qu’on n’a pas quelque chose d’écoutable en ligne, D’ EP. Je veux dire, quand notre public viendra à nos concerts, on veut que lorsqu’ils reviennent chez eux, ils puissent profiter de notre son en qualité. Sinon, on a un deuxième album de prévu dont l’écriture a déjà commencée, mais ça c’est confidentiel !

Et la question méta-physique pour la fin ! Le morceau parfait, vous y croyez ?

Frank : Le morceau parfait, pour moi, doit correspondre à tout le monde et s’inscrire dans le style de tous. Mais, aussi, il doit véhiculer de bons souvenirs et des moments forts de notre vie. Sa mélodie doit être telle qu’on la garde en tête, et qu’à n’importe quel moment de la journée, on puisse se surprendre à la fredonner.

Spade : Je confirme ce que dit Frank. Dans ma jeunesse, j’ai fait un voyage au Canada, et lorsqu’on se baladait en voiture, on écoutait les musiques de James Bond. Pour moi, ces morceaux étaient parfaits, et quand je l’écoute encore maintenant, ces souvenirs me reviennent !

Et tous deux espérons que Repented donnera à chacun une chanson qui lui sera parfaite.

Merci à vous pour ce moment riche en émotions, et j’espère pouvoir voir votre clip le quinze !

Si vous aussi, vous voulez donner un coup de pouce à ce groupe et le suivre, aimez leur page sur Facebook !

http://www.facebook.com/RepentedTheOfficial

Pour explorer l’univers qui leur est associé, faites un tour sur le site de Spade !

http://www.redlandnow.com/

A Propos de l'Auteur

a publié un article sur ce site.

Pandaron est un hybride panda et chat, venu tout droit des plaines écarlates de Chine afin d'explorer un monde en perpétuelle évolution. Passionné d'actualité, de relations internationales et surtout de bambou, il est toujours présent lorsqu'il faut trouver un bon plan, tout du moins pour lui.


Laisser un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.