Little Monsters, le réseau social de Lady Gaga

Un réseau social pour Lady Gaga ? En voilà une initiative pertinente quand on connaît l’étendue de la communauté de ses fans, les « Little Monsters », sur internet. La nouvelle n’est pas récente et date de ce début d’année. Je me doute que les inconditionnels auront déjà contribué à cette plateforme sociale.  Mais peut être que certains lecteurs se sont retrouvés dans ma situation. Sans être pour autant une adulatrice de la chanteuse,  j’apprécie sa musique et l’univers qu’elle a créé au fil des années. Curieuse, je me suis donc demandée à quoi ressemblait littlemonsters.com.

Une communauté rassemblée

Avec respectivement plus de 53 millions de fans sur sa page officielle Facebook, 2 milliard et quelque de vues sur Youtube et plus de 29 millions de followers sur Twitter, Lady Gaga avait de quoi réunir un nombre impressionnant de personnes sur sa plateforme sociale. L’idée est judicieuse car un réseau social apporte une nouvelle dimension à la notion de « communauté ». Ici, tous les fans peuvent partager librement leur photos et vidéos de la chanteuse, interagir en direct grâce à un chat ou encore laisser des messages  via un forum. On retrouve ainsi toutes les possibilités d’un réseau social traditionnel. Le profil nous permet de mettre en avant nos intérêts, une image personnelle, les postes que l’ont a aimé ainsi que de recevoir des commentaires publics, de la même façon que le mûr de Facebook. A l’instar de Twitter, un système de followers/following nous permet de suivre les « monsters » de notre choix. Parmi les autres fonctionnalités, on trouvera une première page d’actualités, les notifications et la possibilité « d’aimer » ou de « désapprouver » un post. Vous l’aurez compris, littlemonsters est à mon avis très bien élaboré et n’a rien a envié a ses congénères.

 Business Business

 Mais cette initiative reste fortement orientée marketing. Après tout, en rassemblant sa communauté de fans en un seul endroit, la chanteuse peut à tout moment communiquer sur ses activités. On trouvera d’ailleurs une page « news » qui regroupe toute l’actualité de Lady Gaga sur différents sites de presse américaine. Une autre page, des évènements, permet de connaître les prochaines dates de concert. Enfin, il est possible de voir en ligne et en direct certaines de ses prestations télé. A cela, s’ajoute la possibilité de récupérer des données précieuses sur ses fans. Les informations de profil permettent à la chanteuse et son équipe d’en connaître plus sur eux : âges, sexe, nationalité, intérêts, etc. On trouve d’ailleurs sur le profil une catégorie questions, où l’internaute doit répondre à des demandes qui oscillent entre questions personnelles et sur l’artiste : « Comment serait ton concert idéal de Lady Gaga ? », « Comment veux-tu changer le monde ? », « Quel est ton rêve ? ». En bref, on voit une volonté évidente de chercher à connaître plus profondément les utilisateurs de littlemonsters.

En conclusion

Ce réseau social est en définitive une réponse intelligente. A qui ? Aux fans, pour qui il est maintenant possible de parler et de partager sur leur chanteuse préférée. Au marché, qui est de plus en plus compétitif. Littlemonsters est un accès stratégique à des données importantes qui permettront à l’artiste de faire des choix de carrière plus justes et adaptés à ses fans.  Mais qu’en est-il pour le reste ? Je me suis inscrite depuis quelques temps maintenant. Mon utilisation du réseau social reste très limité car n’étant pas une fan absolue de la chanteuse, je n’ai rien à partager ou à communiquer. Dommage, le réseau social et toutes ses fonctionnalités me plaisaient vraiment, mais j’en laisserai l’usage aux véritables fans de Lady Gaga.

 Source : littlemonster.com

Crédits photos : ici, et là-bas

A Propos de l'Auteur

Yume a publié 8 articles sur ce site.

Etudiante, je m'intéresse à un grand nombre de sujets. Chaque article sera une occasion de partager mes découvertes, coups de cœur ou tout simplement de donner mon opinion sur l’actualité.


Laisser un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.