Evènement blu-ray: Millénium – Les Hommes qui n’aimaient pas les Femmes

Genre : Thriller.

Un film américain de David Fincher, avec Rooney Mara, Daniel Craig, Christopher Plummer…, sorti en 2011. Titre original: The Girl with the Dragon Tattoo.

Film : 9/10
Technique: 9,5/10
Bonus: 10/10

L’histoire : Lisbeth Salander et Mikael Blomkvist recherchent un tueur de femmes qui opère apparemment en fonction des versets de la Bible.

Il fallait mentionner la superbe édition collector du non moins réussi dernier film de David Fincher, deuxième adaptation à l’écran du premier des trois romans de Stieg Larson. S’éloignant quelque peu de la version télévisée suédoise, le réalisateur de Se7en propose un pur moment de cinéma, pour lequel gris métalliques et chromos se rencontrent dans un thriller puissant et dérangeant, parsemé de séquences chocs plus percutantes encore que dans le téléfilm adapté de ce même premier volume. L’uppercut Millenium – Les Hommes qui n’aimaient pas les Femmes, porté par une géniale bande originale signée Trent Raznor, fait s’opérer un millimétrisme à toute épreuve dans les sciences de la mise en scène et du montage (on est bien dans la lignée de The Social Network). Les répliques fusent et le film, qui pourtant affiche plus de 2h30 de métrage au compteur, défile à une vitesse incroyable. Au casting, Daniel Craig et Rooney Mara bénéficient de l’épatante direction d’acteurs de Fincher, tandis que le suspense monte crescendo et trouve une apogée esthétique des plus étourdissantes (la scène de course poursuite en moto !). Autant de talent réuni en un seul film, c’est un peu la Fincher’s Touch, qui démontre une fois encore qu’il est l’un des seuls cinéastes contemporains réellement passionnants, même si on regrettera forcément que le matériau ici adapté ne lui offre pas toujours la possibilité d’en faire une grande œuvre personnelle comme avaient pu l’être certains de ses plus fascinants travaux.

Ce que propose le Blu-ray est alors bien simple: découvrir en profondeur les coulisses de la production du métrage. Comme à l’accoutumé dans les éditions en vidéo des films de Fincher, les choix éditoriaux opérés par l’équipe du DVD ne peuvent qu’emporter l’adhésion. On se souvient du documentaire passionnant consacré à Social Network, ou des multiples suppléments réservés aux deux disques de L’Etrange Histoire du Benjamin Button. Les bonus consacrés à Millenium sont de la même trempe, et les cinéphiles seront clairement aux anges ! De multiples featurettes présentent avec précision et passion les personnages principaux, les accessoires, le tournage, les effets visuels (très discrets dans le film et pourtant très nombreux), le montage et même le moment où l’affiche teaser a été imprimée !

Ce qui fait de cette édition un indispensable pour toute collection qui se respecte, c’est aussi et surtout son absence de langue de bois, sa capacité à révéler même les moments les moins glorieux du tournage. Pêle-mêle, on verra Fincher se plaindre des modifications demandées par Sony en ce qui concerne la police du titre du film, on assistera à un gros délire qu’il partage avec l’actrice Rooney Mara autour d’un jeu sur des « sons de gens qui chient, qui baisent et se font tuer », au moment où en voyant un arc-en-ciel il entonne le hit de l’ère youtubienne « Double Rainbow » ou encore un piquage de crise lors duquel il insulte l’un de ses coéquipiers et l’invite méchamment à sortir de la salle où ils se trouvent.

Tout ça, les bonus des autres films ne le montrent pas, puisqu’ils préfèrent la plupart du temps laisser les comédiens principaux raconter face caméra l’histoire du long-métrage dans lequel ils sont en train de jouer (et Dieu sait qu’il n’y a rien de plus ennuyeux). Plutôt que d’assister à de simples featurettes promotionnelles, on entre tête et pieds dans les coulisses du film. Fincher comprend bien que la fonction première des bonus est d’apprendre des choses au spectateur. Mission accomplie haut la main, plus que de se retrouver impassibles face à l’exécution sans âme d’une machine à gros budget, le facteur humain fait son apparition.

Un Blu-ray qu’on ne saurait donc que trop vous conseiller, la copie du film s’avérant qui plus d’un piqué et d’une précision des plus appréciables (pas grand-chose à reprocher non plus côté son). Un must ainsi qu’une démo technique que tout cinéphile se devrait de posséder !

Crédits photos: filmactu et allocine

A Propos de l'Auteur

FreedentWhite a publié 154 articles sur ce site.

Depuis son plus jeune âge, FreedentWhite développe une passion sans bornes pour le Septième Art. Par dessus tout, il aime Powell, Pressburger, Argento, Malick, Burton et Jodorowsky. Si certains croient qu'il a une dent contre Luc Besson – tout particulièrement lui –, il dévore pourtant tous les types de cinéma ; qu'ils soient d'auteur ou de divertissement (ou les deux). Avant tout, il aime les bons films.


Laisser un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.