Euro 2012: les feux de l’amour

La passion, la haine, la joie, le dégout, le bonheur, le mépris, le rejet. Beaucoup d’adjectifs très contradictoires qui pourtant caractérisent tous une même institution: L’équipe de France de football. Ca n’aura échappé à personne, l’Euro de football 2012 a démarré. C’est en Pologne et Ukraine que cela se passe.

Et l’équipe de France à déçu, encore une fois, j’ai envie de dire. Il faut bien se rendre compte du travail effectué depuis l’après coupe du monde 2010 et les épisodes que l’on connait. Tout a été fait pour que le désamour entre l’équipe de France et ses supporters soit enterré. Si bien qu’un groupe semblait être naît, les ancien « caïds » du bus de 2010 enfin pardonnés et pourtant il a suffit d’un match, un seul, pour réveiller les vieux démons des bleus. Après une entrée en matière plutôt satisfaisante et un dernier match contre la Suède (déjà éliminée) largement à leur porté, on s’est pris à rêver. Trop tôt, et surtout trop beau… Après un match d’une qualité plus que médiocre, le retour à la réalité est délicat. Il aura suffit d’un match pour que tout soit remis en question.

Les spécialistes de la France entière s’accordent à souligner la nonchalance dont ont fait preuve les bleus. Nuls, et humiliation, voila les deux mots qui ressortent le plus dans les bouches des commentateurs après ce match. En plus de cela, « Oooh grand malheur », nous allons affronter l’Espagne en 1/4 de final (champions du monde et d’Europe en titre). Une boucherie et puis on rentre à la maison, voila la prédiction des plus pessimistes. Ce sera très compliqué mais pas impossible pour les plus optimistes. Moi je vous l’annonce, nous serons en 1/2 final.

Alors oui, vous pouvez me prendre pour un fou. Oui c’est vrai qu’au vu du comportement de certains joueurs on peut se poser beaucoup de questions. C’est vrai aussi que si l’on n’est pas capable de battre la Suède, ça parait compliqué voir impossible de battre le géant espagnol.

Et pourtant, il y a des motifs d’espoir. Les espagnols ne sont pas à leur meilleur niveau. La France n’a jamais perdu contre l’Espagne en phase finale d’une grande compétition. La France est meilleure quand elle n’est pas favorite et surtout, la France ne peut pas faire pire que ce qu’elle a proposée mardi soir. J’ai envie de croire que ces joueurs là tant critiqués et tant critiquables sont capables de l’exploit. Parce que « passer à côté » d’un match ne remet pas en question une série de 23 matchs sans défaites. Et enfin, c’est là l’occasion réelle de se faire pardonner. Définitivement!?

Une défaite sans combat et sans envie (re)plongera l’équipe de France dans ses démons. Une défaite avec courage nourrira trop de regrets. Seule la victoire permettra de faire taire les plus sceptiques. Cette génération de gamins talentueux mais prétentieux et ingérables en est-elle capable? Sur un match, tout est possible, c’est aussi ça la magie du sport.

Enfin, terminons cet article en ayant une pensée pour un passionné du football qui nous a quitté, Mr Thierry Roland. Ne vous en faite pas trop pour lui il avait déclaré ceci un certain soir de juillet 1998: « France 3, Brésil 0, après avoir vu cela, je crois que l’on peut mourir en paix ».

Sources: lequipe.fr, le parisien, M6

Crédit photo: www.euro-2012-football.net, www.lequipe.fr, www.divertissons-nous.com

A Propos de l'Auteur

Sportix a publié 8 articles sur ce site.

Passionné par le sport en général mais aussi de politique, il a enfin décidé de quitter son écran télé pour prendre sa plume. Adepte de la critique facile mais constructive, il est également capable de manier l'humour avec habileté.


Laisser un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.