Les légendes du rock épisode 3 : le Rock Psychédélique

This entry is part 9 of 11 in the series Les légendes du Rock

Au cours des semaines à venir, Bamboin.com vous propose une série sur les légendes du rock et ses dérivés. Chaque mercredi et samedi, vous découvrirez tout ce que le monde du rock a pu et peut vous offrir de meilleur : des groupes de légende, des musiciens partis trop vite, des anecdotes mythiques, bref, on n’ira pas par quatre chemins, « Sex, Drug & Rock’n’Roll » ! Vous voilà prévenu !

Pour ce troisième épisode, nous vous proposons de nous pencher sur les légendes du rock psychédélique, à travers une sélection non exhaustive des artistes qui ont marqué les prémices de ce style.

Jimi Hendrix

Johnny Allen Hendrix nait à Seattle en 1942. Il acquiert alors sa première guitare (acoustique) à 15 ans et y consacrera tout son temps libre. Ses premières années en tant que musicien le font jouer avec quelques artistes de renom, dont Little Richard, mais celui-ci se passera de ses talents le jugeant trop audacieux sur scène.

S’accompagnant de Mitch Mitchell à la batterie et Noël Redding à la basse, il sort son premier album et pas des moindres : « Are You Experienced », le 5 mai 1967 (« Hey Joe », « Fire », « Foxey Lady », « Purple Haze » …)

Sur scène, Hendrix a un jeu très expressif et dynamique : il transcende les effets, joue dans toutes les positions imaginables … Ainsi, il se fait rapidement une renommée et impressionne les plus grands de l’époque (Eric Clapton, Paul McCartney …). Au mois d’août 1969, Jimi Hendrix est la tête d’affiche du Festival de Woodstock. Il le clôtura devant un public parsemé, ceci dû à un retard de programmation.

Le groupe se sépare peu de temps après, Mitch Mitchell et Billy Cox s’accordant sur le fait que le groupe ne progressait pas musicalement. On retrouva par la suite Jimi Hendrix décédé, le 18 septembre 1970, au Samarkand Hôtel (Londres). Il se serait étouffé dans son vomi, dû à une grande dose de barbituriques associée à une forte quantité d’alcool.

Pink Floyd

Un des groupes précurseurs dans les concepts-albums, avec « The Dark Side Of The Moon » en 1973 (troisième album le plus vendu de tous les temps avec 45 millions de copies !), et des morceaux engagés de légende comme « Another Brick In The Wall » et « Money », difficile de passer à côté de Pink Floyd !

Textes philosophiques et satyriques, performances live élaborées, le groupe de rock expérimental fondé en 1964 a su bâtir une légende indestructible, comme le démontrent les centaines de millions d’albums vendus dans le monde !

Cream

Trio britannique des années 60 mené par le guitariste chanteur Eric Clapton, CREAM a forgé sa légende avec un subtil mélange de blues, de rock et d’accents psychédéliques, qui en font un des groupes pionniers du heavy metal !

CREAM, qui reste le premier « supergroupe » de rock de l’histoire (chacun des membres jouissait déjà d’une célébrité conséquente avant la formation du groupe), est également considéré comme l’un des premiers « jam band », avec de nombreuses chansons improvisées en live dépassant régulièrement les 20 minutes !

The Doors


Formés à Los Angeles en 1965, les Doors sortent leur premier album intitulé « The Doors » en 1967. Ce dernier est un véritable carton, grâce à des titres comme « Light My Fire » et « Break On Through ‘’To The Other Side’’ ».

Un chanteur à la voix et aux textes d’une intensité époustouflante, une batterie subtile aux accents jazz, des claviers chauds de haute altitude et une guitare aux touches rock et flamenco (!), forment le joli tableau signé de la plume des Doors !

Viennent cependant des difficultés croissantes entre 1968 et 1970, avec 3 albums de qualité, mais amputés de cette alchimie « spirituelle » si propre aux Doors : Jim Morrison s’enfonce un peu plus, de jour en jour, dans les excès et la provocation.

Cependant, « L.A Woman » en 1971, sonne comme le retour retentissant du groupe à leurs sources, tant attendu par les fans, avec des morceaux comme « L.A. Woman » ou « Riders On The Storm ».

L’histoire du groupe s’arrête brutalement en 1971, avec la mort de Jim Morrison, victime d’une crise cardiaque à Paris. Malgré la courte durée de vie du groupe (6 ans), les Doors, à travers 6 albums, ont su graver leur nom dans l’histoire du rock, par leur côté psychédélique révolutionnaire !

Le + bamboin

Les Doors n’ont jamais eu de bassiste sur scène. En effet, durant les représentations publiques du groupe, la section basse était assurée par le claviériste Ray Manzarek à l’aide d’un clavier basse, le « Fender Rhodes ».

Cependant,  tous les enregistrements studio ont été réalisés avec de vrais bassistes. Et parmi le grand nombre à avoir enregistré avec les Doors, on y trouve un certain Jerry Scheff, qui fut le bassiste majeur d’Elvis Presley et qui enregistra l’intégralité des morceaux figurant sur le dernier album des Doors en 1971 : «  L.A Woman ». En effet, Jerry Scheff a été choisi afin de canaliser la virulence de Jim Morisson en studio, étant lui-même un véritable inconditionnel du King. Et au vu de la qualité de l’opus, il semble que cela ait fonctionné !

Queen Of The Stone Age


Le groupe prend naissance en 1996 en Californie et sort en 1998 son premier album « Queens Of The Stone Age », très bien reçu par la critique !

La créativité débordante du chanteur apporte à ce groupe une originalité de taille et une sonorité globale jamais explorée auparavant : guitares rock saturées et torturées, batterie puissante aux accents pop, voix mélodique et mélancolique, le tout dans un léger fond d’épouvante. Tous les ingrédients sont là pour un son unique !

C’est en 2002 que QOTSA sort sa masterpiece, « Song For The Deaf », avec à la batterie Dave Grohl, ex-batteur de Nirvana ! Cet album est une pièce quasi parfaite, avec des morceaux comme « No One Knows » et « Go With The Flow », passant en boucle sur des chaines comme MTV, dès leur sortie.

Sort  « Lullabies To Paralyze » en 2005, et « Eva Vulgaris » en 2007, deux bons albums dans le pur style QOTSA, qui n’arriveront pas néanmoins à égaler les ventes et la qualité de l’opus de 2002.Depuis 2008, chaque membre du groupe vague à ses projets solos, ce qui n’empêche pas le groupe de se donner en concert de manière ponctuelle ! Pour un nouveau retour studio ?

Croisons les doigts !

Crédits photos : musity.fr, muzika.hr et elpedro.fr

A Propos de l'Auteur

Foiflard a publié 24 articles sur ce site.

Grâce à ma passion pour la musique rock (et ses dérivés), j’essayerai de vous faire découvrir de manière régulière des albums récents à fort potentiel, ou de vieux classiques à ne jamais oublier ! J’espère donner à chacun de vous l’envie de vous plonger un peu plus dans l’univers du rock’n’roll et de vous y accompagner du mieux que je peux !


Series Navigation<< Les légendes du rock épisode 4 : le Rock (le seul et unique)Les Légendes du Rock épisode 2 : le Blues Rock >>

Un Trackback

  1. By Soyons rock’n’roll aujourd’hui ! | MyCityBlog on 10 avril 2012 at 12 h 17 min

    […] suite sur Bamboin ! […]

Laisser un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.