Les nouveautés de la semaine : Willis Earl Beal

Deuxième artiste révélé dans notre mini-série sur les nouveautés musicales du printemps : Willis Earl Beal, l’outsider phénoménal venu de Chicago.

Willis Earl Beal ou comment trouver un sujet un dimanche après-midi.

Nous sommes dimanche après-midi, il est environ 18h. J’ai prévenu le créateur du blog que j’allais faire un article mais j’ai un peu de retard. Je me lance. En quête d’inspiration, je farfouille un peu sur Youtube, les inrocks ou fluctuat pour dénicher quelque chose de nouveau et surtout pas de mainstream, de préférence. Je me fais un café avec trois sucres, histoire que le glucose monte direct’ dans la matière grise, pour alimenter les quelques cellules qu’il me reste. Je cherche, j’apprends que Selah Sue est en concert à Lille, que Sigur Ros sort un nouvel album dans pas longtemps. Bref, pas grand chose à se mettre sous la dent.

Je trouve un article, son titre m’interpelle « … interview d’un outsider phénoménal ». On y voit comme illustration la photo d’un gamin sur un vélo tout pourri, avec une chemise trouée. Dans le début de l’article, il y a quelques sons sur youtube. Ca ne me botte pas vraiment. Je me mets à lire l’interview du type en question. C’est l’histoire d’un type qui se décrit comme « crevé », il dit qu’il a gagné, mais il ne sait pas comment ça s’est passé.

Je crois que je tiens quelque chose !

Originaire de Chicago, il est maintenant sur la voie du succès. Il habite désormais à Paris, a une copine, un contrat signé et une vie stable. Il se décrit comme une personne ne se sentant jamais en sécurité. Son t-shirt avec l’inscription « NOBODY » qu’on voit sur la photo de l’article renforce mon impression. Il prétend avoir « cru en son truc » et « créé son truc ». Mais, comment un looser (comme il se décrit lui-même) peut-il faire la une d’un journal culturel national tel que les inrocks ?

Pire qu’un ténébreux orage, sa jeunesse fut une sale période. Il prétend avoir été plus élevé par la télévision que par ses propres parents. Il dit qu’il a eu plein de jobs de « merde » avant d’en arriver là. Il vivait à Albuquerque avant, travaillant en tant qu’agent de sécurité. Il bossait de nuit et au lieu de faire des rondes comme son boulot l’exigeait, il écrivait des poèmes. Une fois chez lui, il essayait de chanter sur la poésie qu’il avait écrite. Le reste du temps, il ne faisait « rien de spécial ». Il passait son temps à chanter sur Central Street et il se faisait un ou deux dollars par soir. Il chantait pour survivre, ça le faisait tenir. Il parlait facilement aux gens et s’est créé son petit réseau.

Ca lui a permis de trouver un appartement, de s’acheter un peu de matos de musique. Il n’avait pas assez d’argent pour un ordinateur. Il reprend des sons qu’il avait écrit dans la rue. En 3 ans, il a écrit 130 chansons. Il distribue des flyers et le CD-R partout là où il passe.

Et puis un jour, le magazine Found a trouvé un de ses flyers. Il était au cinéma et vers la fin du film, il s’est aperçu que des personnes travaillant pour le magazine, quelques rangs derrière lui, parlaient de ses flyers … Il est allé les voir et ils ont décidé de l’interviewer quelques jours plus tard. Son flyer a été publié sur tout le territoire des Etats-Unis. Quelques semaines plus tard, il décroche son téléphone et répond à Mos Def qui le suivait depuis quelques temps. Petit à petit, il commence à faire sa place. Les appels affluent de tout les Etats-Unis. Aujourd’hui, c’est son manager qui répond pour lui à ces appels depuis les Etats-Unis. Lui, vit à Paris et prépare la sortie d’un nouvel album. Il ne se berce pas d’illusions concernant son avenir. Il se définit comme une étoile filante, brillant pendant un instant bref mais intense puis disparaissant dans la nuit.

Il souhaite simplement gagner suffisamment d’argent pour s’acheter un appartement, aller voir sa copine à New York quand il le désire et obtenir enfin la sécurité qu’il n’a jamais pu obtenir.

Crédit photo : les incocks

A Propos de l'Auteur

Mr Crew a publié 6 articles sur ce site.

Passionné de musique, je suis toujours émerveillé par les talents musicaux qui apparaissent chaque jour. Bien que baigné dans le classique depuis ma plus tendre enfance, je suis ouvert aux nouveautés musicales et prend un grand plaisir à les découvrir.


Laisser un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.