Les légendes du rock épisode 1 : le Rock’N’Roll

This entry is part 11 of 11 in the series Les légendes du Rock

Au cours des semaines à venir, Bamboin.com vous propose une série sur les légendes du rock et ses dérivés. Chaque mercredi et samedi, vous découvrirez tout ce que le monde du rock a pu et peut vous offrir de meilleur : des groupes de légende, des musiciens partis trop vite, des anecdotes mythiques, bref, on n’ira pas par quatre chemins, « Sex, Drug & Rock’n’Roll »! Vous voilà prévenu !

Pour cette première édition, nous vous proposons de nous pencher sur les légendes du rock’n’roll à travers une sélection non exhaustive des artistes qui ont marqué les prémices de ce style.

 BB King

BB King (pour Blues Boy), de son vrai nom Riley B. King est né en 1925 dans le Mississippi aux États-Unis. Il commence sa carrière comme DJ dans une radio de Memphis, son nom de scène étant « Beale Street Blues Boy ». Lorsqu’il enregistre ses premières chansons en 1949, il opte donc pour les initiales BB King.

Il est considéré comme l’un des plus grands artistes de la musique Rhythm and Blues, compositeur, guitariste et chanteur, on lui doit les célèbres « You Know I Love You », « Woke Up This Morning », « Please Love Me » ou encore « Sweet Little Angel » !

Mais BB King est également très reconnu dans le monde du rock, car en 1969, il assure la première partie des Rolling Stones durant leur tournée !

Il est plusieurs fois récompensé tout au long de sa carrière, notamment par le président Bush, qui lui attribue la « Presidential Medal of The Arts ». Il se voit également attribuer un Grammy Award du meilleur disque de blues traditionnel.

En 2003, le magazine Rolling Stones le classe 3ème meilleur guitariste de tous les temps !

Agé de 86 ans aujourd’hui, BB King s’est produit encore récemment en France et en Europe, pour des concerts qui rameutent toujours autant d’adeptes de son touché et de sa voix, si uniques !

 Chuck Berry 

Qui dans l’assistance n’a jamais entendu parler de  « Johnny Be Goode » ou de « Roll Over Beethoven » ? Une session de rattrapage s’impose ! Né en 1926 dans le Missouri, Chuck Berry est un artiste incontournable du rock’n’roll des années 50. Malgré un passé quelque peu agité, ponctué par quelques années en maison de redressement, suivies de petits boulots bien loin du monde musical (coiffeur entre autre), c’est en 1955 qu’il enregistre son premier hit « Maybellene ». S’en suivent alors plusieurs morceaux à succès et un nouveau passage par la case prison de 1961 à 1963.

Les années 70 marquèrent une nouvelle ère de succès, avant de rencontrer de nouveaux problèmes avec la justice en 1979. Ayant influencé bon nombre d’artistes majeurs des générations suivantes, le cinéaste Taylor Hackford réalise en 1983 le documentaire « Hail ! Hail ! Rock’n’Roll », en hommage à Chuck. Aujourd’hui âgé de 84 ans, Berry foule encore quelques fois les planches, afin de faire vibrer la foule sur cette musique dont il est un des artisans.

Quelques-uns de ses musiciens : 

  • Johnnie Johnson : Pianiste
  • Bruce Springsteen : Guitariste
  • Steve Miller : Guitariste

Elvis Presley

Né en 1935, au sein d’une famille pauvre dans le Mississipi, Elvis Presley est aujourd’hui connu comme le « King » du rock’n’roll, un personnage emblématique ayant contribué à la création de ce style musical.

Il fit des débuts timides en 1953, poussé par la volonté de gagner sa vie grâce à sa passion : la musique. Il adopta très vite une attitude provocatrice (avec notamment son célèbre déhanché) qui fit couler beaucoup d’encre, positive pour les jeunes et négative pour les générations précédentes.

Avec un succès grandissant jusqu’au début des années 60 (malgré une coupure de deux ans pour service militaire en Allemagne), on retiendra des titres comme « Blue Suede Shoes» ou « Heartbreak Hotel » qui le hissèrent au sommet, devenant un véritable symbole aux USA, pays de ses tournées, mais également à l’étranger, malgré le choix de son imprésario de se « limiter » au marché américain.

Après une décennie très difficile pour le King, suite à l’arrivée de nouvelles idoles (The Beatles, The Rolling Stones) et une carrière cinématographique très loin de ses attentes, le chanteur reviendra sur le devant de la scène au début des années 70 avec plus de 600 dates à Las Vegas, entre 1969 et 1976. Mais l’état de santé de l’icône fait peur et en 1977, il trouve la mort suite à une crise cardiaque à son domicile. Il est difficile de mesurer l’impact de cet artiste sur la musique rock, mais il est clair qu’il en fut un des précurseurs et une grande source d’inspiration pour bon nombre d’artistes.

Quelques-uns de ses musiciens :

  • Scotty Moore : Guitariste
  • Bill Black : Contrebassiste
  • D.J Fontana : Batteur

Jonny Cash

Né en 1932 en Arkansas, aux Etats-Unis, J.R. Cash rencontre ses premiers succès musicaux en 1955, avec les titres « Cry, Cry, Cry » et « Hey Porter », qui s’invitent sans prévenir dans les charts américains ! La nouvelle approche du genre « country » de celui que l’on surnomme « The Man In Black » explose alors au visage des Etats-Unis !

Johnny touche alors le sommet de sa gloire en 1956 avec le titre « I Walk The line », qui se classe 1er des ventes country aux Etats-Unis.

Au début des années 1960, l’artiste commence à sombrer dans de nombreux excès, ce qui ne l’empêche pas de sortir en 1963 le mythique « Ring Of Fire » et d’obtenir un Grammy Award en 1967 pour le morceau « Jackson », interprété avec sa femme, June Carter.

A partir de 1968, il parvient à se sevrer de la drogue et redécouvre la foi religieuse de sa jeunesse. Il va dès lors donner de nombreux concerts dans des prisons ainsi que dans des pensions diverses (étant très préoccupé par le sort des détenus) en symbole de sa rédemption. Il continua de sévir dans le milieu de la country, tout en collaborant avec des groupes tels que U2 !

En 1997, on diagnostique à Johnny Cash un syndrome de « Shy-Drager », une maladie neurologique, et des morceaux tels que « Hurt », sorti en 2002, traduisent sa peine et son affection morale.

Ce très grand de la musique country meurt le 12 Septembre 2003, quelques mois seulement après son épouse, à l’âge de 71 ans.

Son style, sa voix grave et profonde, son implication sociale et enfin sa contribution inégalable à la musique country, en font un personnage historique et inoubliable !

Le + bamboin

Johnny Cash et sa lutte pour les pensionnaires de prisons. 

Fin 1960 et suite au visionnage d’un documentaire nommé « Inside The Walls Of Folsom Prison », Johnny Cash commence à s’intéresser au sort des détenus.

Il commence alors à se produire pour les pensionnaires de diverses prisons des Etats-Unis, comme en témoigne deux célèbres live : un enregistré à la prison de « Folsom » en 1968 et celui enregistré à celle de « San Quentin » en 1969.

Les légendes du Rockabilly

Jerry Lee Lewis

Véritable pionnier du rock’n’roll et du rockabilly, « The Killer », maître de la provocation, apparait au grand jour à la fin des années 50 par son approche féroce du piano et du chant, mélangeant Boogie Woogie, Rhythm’n’blues, Gospel et Country.

En plus de ses succès planétaires tels que « Great Balls Of Fire » en 1957, Jerry Lee est connu pour ses nombreux excès, mais surtout pour ses prestations scéniques électriques, frappant son clavier avec ses poings et ses talons, jouant même parfois debout ! Il a même mis le feu à son piano lors d’un concert !

Eddie Cochran

Figurant parmi les premiers utilisateurs de la guitare électrique, Eddie Cochran fait partie de ceux qui ont popularisé le rock’n’roll ainsi que le rockabilly !

Son plus grand succès reste « Summertime Blues » en 1958, qui fut repris par des groupes comme T.Rex, The Who, Van Halen, The Stray Cats, ou encore Johnny Halliday ! Il meurt tragiquement à l’âge de 21 ans, dans un accident de taxi, dans lequel se trouvait également Gene Vincent, qui lui, survécut.

Gene Vincent

Chanteur-guitariste au talent brut, il contribue à populariser le Rockabilly avec « Be-Bop-A-Lula », l’un des plus fameux succès du genre !

Voix limpide et juvénile, intonations déraillées, vibrato parfaitement maitrisé, il est capable de passer de la douceur extrême, digne de celle d’un crooner, pour brutalement crier toute son agressivité avec des aigus transperçants !

The stray cats

Le groupe New-Yorkais créé en 1980 décide de s’exiler à Londres. L’Angleterre s’enflamme alors en 1981 pour le furieux rockabilly proposé par nos trois compères !

Une vague rockabilly submerge alors l’Europe et de nombreux groupes apparaissent dans le sillage de leur succès. Et même si le groupe se sépare en 1984, le mérite doit leur être attribué d’avoir ravivé la flamme de ce style musical, l’espace de quelques années !

Crédits photos : ici, , , , mais aussi ici et ici et par là aussi. Sans oublier ce site internet et ce dernier. Ouf, c’est fini.

A Propos de l'Auteur

Foiflard a publié 24 articles sur ce site.

Grâce à ma passion pour la musique rock (et ses dérivés), j’essayerai de vous faire découvrir de manière régulière des albums récents à fort potentiel, ou de vieux classiques à ne jamais oublier ! J’espère donner à chacun de vous l’envie de vous plonger un peu plus dans l’univers du rock’n’roll et de vous y accompagner du mieux que je peux !


Series Navigation<< Les Légendes du Rock épisode 2 : le Blues Rock

Un commentaire

  1. Cruella
    Posted 31 mars 2012 at 11 h 26 min | Permalink

    Très bon article. Je reste néanmoins un peu déçue que les Chaussettes Noires ne figurent point dans les légendes 😛

Laisser un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.